Recrutement des cadres en 2018 : des indicateurs au vert

11 janvier 2018 par Delphine Hermouet
Article

L’Usine Nouvelle met l'accent sur la guerre des talents cadres, chiffres APEC, Cadremploi et ManpowerGroup à l’appui.

En 2018, le marché de l’emploi des cadres affiche une belle dynamique.

La dernière enquête de l’APEC annonce 225 000 recrutements de cadres en 2018, 236 000 en 2019, du jamais vu depuis 2008. Toutes les régions bénéficient de cette embellie, notamment les grandes métropoles où se concentrent nombre de sièges sociaux d’entreprises et les métiers du numérique. Avec un taux de chômage des cadres à 3,5%, des annonces en progression de 40% en deux ans, les cadres n’ont jamais eu autant d’opportunités de bouger et d’enrichir leur parcours.

Accéder à l’article de l’Usine Nouvelle ICI.

Focus sur le secteur industrie

L'article de l'Usine Nouvelle montre également que le secteur industriel est pourvoyeur d’emplois cadres dans les villes de Province de moyenne et petite taille, comme par exemple les Industries Agricoles et Alimentaires, la métallurgie et les laboratoires pharmaceutiques. La parole à Jérôme, Claire et Lilia, experts du recrutement de cadres sur ces marchés locaux.

Le secteur agricole connaît aujourd’hui de profondes mutations avec des méga-fusions et rapprochements (Monsanto-Bayer, Dow-Dupont, Syngenta-ChemChina…), des évolutions règlementaires impactantes dans le domaine des phytosanitaires et du biocontrôle et la modernisation de l’agriculture pour répondre aux contraintes environnementales. Plus que jamais, le marché du recrutement d’ingénieurs agronomes est sous tension. A titre d’exemple, 1 000 installations supplémentaires de méthanisation agricole sont prévues d’ici à 2020, soit un nombre d’emplois créés compris entre 2 000 et 3 000.

Jérôme Sac

Manager - Rhône Alpes
Experis

La métallurgie ayant très peu recruté ces dix dernières années, comme les autres industries lourdes, elle se retrouve à nouveau confrontée à une pyramide des âges déséquilibrée. Le risque de perdre des savoir-faire essentiels, lorsqu’un collaborateur quitte l’entreprise, est redevenu fort. Les opérationnels recherchent des candidats déjà formés et expérimentés, mais les compétences de ces métiers de spécialité (forge, fonderie, usinage…) sont âprement disputées sur un marché où le volume d’offres d’emploi excède la demande. Les équipes RH veillent, quant à elles, à intégrer des collaborateurs capables de renouveler les équipes d’encadrement de l’entreprise grâce à leur savoir-être. Faire coïncider ces deux échelles de temps (immédiateté du besoin technique sur le terrain / construction d’équipes pérennes, capables de porter le développement de l’entreprise) sera le principal challenge à relever en recrutement pour cette année 2018 !

Claire Fabre

Consultante en Recrutement - Rhône Alpes
Experis
  • L’activité pharmaceutique montre un fort dynamisme, tirée par le lancement de nouveaux produits, l’essor du façonnage et des nouvelles technologies. Dans ce contexte porteur, les talents sont toujours très recherchés, notamment en régions Centre et Normandie où j'évolue depuis quelques années. Que ce soit sur des profils de pharmaciens ou d’ingénieurs, la concurrence entre les laboratoires est féroce et les talents extrêmement sollicités (ils le savent bien). Si les gros laboratoires freinent les recrutements, ce sont surtout les sites industriels de taille moyenne qui développent leur activité et font appel à nos services pour identifier la perle rare.

     

Lilia Le Mao

Consultante en Recrutement - Centre et Normandie
Experis
Vous cherchez un partenaire pour recruter.